Ce site utilise des cookies nécessaires à son fonctionnement et des cookies analytiques pour établir des statistiques anonymes. Pour plus d'informations, cliquez ici. Fermer

Si le temps le permet

Enquête sur les territoires du monde anthropocène
  • Ref. 121BEL812
  • ISBN : 978-2-7013-2101-1
  • Cerfa :
  • Constructeur :
  • Ref. Constructeur :
  • Version :
Quantité souhaitée Prix unitaire Prix Total

Availability: En stock

32,00 € HT

Prix promotionnel : Excl. Tax: 30,33 € HT Incl. Tax: 32,00 € TTC

 HT  TTC

*Remise de -9% applicable exclusivement pour toute commande passée avant le 31 décembre 2020, par l'Etat, les collectivités territoriales, les établissements d'enseignement, de formation professionnelle ou de recherche, les syndicats représentatifs ou les comités d'entreprise pour leurs besoins propres (revente exclue), ainsi que pour l'enrichissement des collections des bibliothèques accueillant du public (L. n° 81-766, 10 août 1981, art. 3).
Cette offre s'appliquera automatiquement dans votre panier.

Une enquête autant qu’un manifeste, pour une immersion dans les territoires du monde anthropocène

« Si le temps le permet. » Cette expression ponctue nombre de conversations à Saint-Pierre-et-Miquelon. Transmise au fil des générations, elle dit à quel point la météo peut être éprouvante sous ces latitudes subarctiques, dictant sa volonté à leurs habitants. Une lecture contemporaine lui donne cependant une résonnance plus dramatique. Elle désigne le compte à rebours qui est lancé à l’Humanité.

L’urbanisation généralisée et la globalisation de l’économie, la consommation de masse, l’exploitation sans limite des ressources naturelles et tant d’autres dérives de notre manière moderne d’habiter la planète ont produit un changement d’une ampleur géologique qui menace désormais la vie terrestre. Le projet moderne est en passe d’échouer et nous plonge dans l’anthropocène. L’Humanité doit s’adapter pour survivre, et le temps lui est compté.

Géographe, philosophe et photographe, Stéphane Cordobes défend l’hypothèse selon laquelle les territoires et leurs habitants sont au premier rang pour engager cette bifurcation écologique. Il affirme que le réagencement nécessaire est non seulement politique mais aussi culturel et anthropologique. Pour survivre, l’homme doit se rapprocher de la nature et nouer une relation plus juste avec le vivant, les humains et non-humains, plus respectueuse de tout ce qui compose notre monde commun.

Ce travail de recherche mené à Saint-Pierre-et-Miquelon est à la fois une enquête prospective originale et un manifeste. Enquête sur ce que pourrait vouloir dire « faire territoire », demain, dans l’anthropocène en évoquant tant la situation singulière de l’archipel français que celle, archétypale, de tous les territoires confrontés à l’entrée dans ce nouveau monde. Manifeste quant à la place à accorder au sensible et à l’imaginaire dans ce processus. Ce livre propose une expérience esthétique à même d’opérer un déplacement dans nos manières d’être et d’habiter une planète chaque jour plus vulnérable.

Postface de Michel Lussault.

Cet ouvrage est disponible à la vente à partir du 20 août 2020.

 

Collection : Au fil du débat

Broché, dos carré cousu collé. 160 pages. Format 17 x 24 cm. Date de parution : août 2020.

Auteur : Stéphane Cordobes

Stéphane Cordobes est philosophe, géographe et photographe. Après avoir dirigé l’activité prospective de la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR), puis du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), il est aujourd’hui conseiller à l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) et chercheur associé à l’École urbaine de Lyon.

Ses enquêtes dans les territoires interrogent les modes de cohabitation modernes et urbains ainsi que nos capacités à les faire évoluer pour relever le défi du changement global et de l’édification écologique du monde anthropocène.

Il a récemment codirigé avec Xavier Desjardins et Martin Vanier l’ouvrage Repenser l’aménagement du territoire (2020, Berger-Levrault).